Présentation du deuxième rapport trimestriel du CNC

Le CNC a procédé à la présentation de son second rapport trimestriel qui couvre la période d’Octobre à Décembre 2018. Ce rapport produit en se référant à la Loi Organique, la Loi sur la presse, le Code de déontologie des journalistes ainsi qu’aux cahiers des charges de chaque organe de presse, était essentiellement focalisé sur les succès enregistrés et les fautes professionnelles commises.

Après la présentation dudit rapport, une séance d’échanges avec les responsables des médias qui avaient massivement participé s’en est suivie.

Le Directeur de la radio Isanganiro a exprimé son mea culpa suite à des passages obscènes diffusés sur les ondes de cette radio. Le Président du CNC qui avait présenté le rapport aux responsables des médias lui a fait savoir que reconnaître la faute ne doit pas exclure de contrôler scrupuleusement tout ce qui est diffusé.

Le Directeur Général de la RTNB a quant à lui suggéré que le déséquilibre géographique ne soit pas considéré ni appelé faute professionnelle car, selon lui, le matériel vétuste aggrave cette situation et le Fonds d’appui aux médias promis par l’Etat n’a pas encore était mis en place pour remédier à cette situation.

Il importe de signaler que ce déséquilibre géographique va souvent de pair avec un manquement à la couverture géographique que les organes de presse se sont assigné dans leurs cahiers de charge signés avec le CNC.

Pour le Président du CNC, le Fonds d’appui aux médias ne doit pas être un prétexte pour ne pas  accomplir son devoir et même s’il était alimenté, il ne serait pas utilisé pour acheter des émetteurs. L’Etat a certes fait certaines promesses mais les organes de presse peuvent s’organiser pour générer des revenus. Si un organe de presse ne peut plus couvrir certaines zones géographiques suite à l’une ou l’autre raison, qu’il le signale aux instances habilitées afin que cela soit officiel. Le déséquilibre géographique n’est peut être pas une faute professionnelle mais c’est un manquement aux conventions du cahier des charges signé avec le CNC.

La rétention de l’information, surtout par les officiels, envers son organe de presse a été l’autre difficulté exprimée par le Directeur du journal Iwacu pour expliquer le déséquilibre de l’information relevé dans son médium et que le CNC sache que cela n’est pas fait dans le souci de nuire.

Certains des responsables des médias présents

Pour répondre à cette préoccupation, le Président du CNC s’est appuyé sur sa grande expérience dans le métier pour prodiguer certains conseils. Il n’y a pas de raison valable pour publier une information déséquilibrée, il vaut mieux s’en passer. Une information tendancieuse n’est pas valorisante. Par contre, l’organe de presse peut passer pour corrompu. Pour diversifier et entretenir ses sources d’information, il faut entretenir de bonnes relations avec les Porte-paroles des institutions et faire preuve de professionnalisme dans la recherche de l’information auprès des personnes ressources. Et si cela ne marche pas un supérieur peut toujours être contacté pour donner des ordres dans ce sens ou chercher l’information auprès d’une autre source qui la détient.

Ce rapport a été salué par tous les responsables des médias qui ont pris la parole.

 

 

News Reporter