Le CNC: Partenariat et mobilisation des ressources

Ce jeudi 1er septembre 2022, quatrième jour de la Retraite sur l’élaboration d’un Plan stratégique triennal 2023-2025 du Conseil National de la Communication (CNC), la deuxième présentation a été faite par Dr Abbé Dieudonné Niyibizi, Directeur du Centre Diocésain de Communication (CEDICOM) sous le thème : « Partenariat et mobilisation des ressources».

Il a d’abord abordé les défis des médias burundais, Dr. Abbé Niyibizi a affirmé que ces derniers connaissent des défis liés à l’Economie et à la Gestion des structures médiatiques, des défis liés à l’Ethique et au professionnalisme, des défis liés au rapport Genre et médias et Développement, des défis liés aux mutations en cours et des défis liés à la recherche. C’est ainsi qu’il a proposé les actions d’urgence suivantes : Formation permanente des instances médiatiques, Réseautage des médias et collaboration, Ouverture aux instances régionales et internationales, Appui de la part de l’organe de régulation, Recherche des partenaires techniques et financiers. Abbé Dieudonné Niyibizi: “Les principes de base d’un bon partenariat sont : l’équité, la transparence et le bénéfice mutuel”

Parlant du partenariat, A. Niyibizi a proposé aux responsables du CNC de d’abord nouer des relations d’amitié en adhérant aux réseaux locaux, régionaux et internationaux. Et de dire que le partenariat offre une nouvelle opportunité pour mieux créer le développement, en reconnaissant les qualités et les compétences de chaque organisation et en trouvant de nouveaux moyens de les exploiter pour le bien commun.

Après avoir dégagé les avantages et les obstacles des partenariats, il a ensuite montré les principes de base d’un bon partenariat qui sont : l’équité, la transparence et le bénéfice mutuel. C’est à ce moment qu’il a conseillé au CNC d’identifier les partenaires potentiels mais de privilégier les partenariats les plus stables et les plus efficaces sont ceux qui ont pu réunir les meilleures organisations partenaires.

La mobilisation des ressources

Ici, A. Niyibizi a indiqué que la mobilisation des ressources est la responsabilité de chacun. Que chaque membre d’une organisation a le pouvoir d’influencer positivement ou négativement le groupe cible. Car, a-t-il souligné, une mauvaise gestion des financements peut interrompre un partenariat financier.

Pour lui, le travail de collecte de fonds est un travail difficile, il nécessite de la préparation et de la créativité ainsi que des compétences de base pour une plus grande efficacité. Pour cela, il faut le développement et la gestion organisationnels, la Communication, prospection (privilégier les organisations avec lesquelles on entretient une faible connexion).

Il faut aussi développer des relations partenariales, favoriser de conditions de financements (légitimité, transparence et réddition des comptes). Comme instruments de mobilisation de fonds, il a dit qu’il faut faire soit une demande de subventions, des appels à subvention, appel de fonds par événements importants, aide en nature, contacts personnels, mettre en place un réseau de mobilisation de fonds à travers des connecteurs qui relaient votre demande à leurs partenaires, online fundraising, ou faire recours au volontariat.

News Reporter