Présentation du rapport trimestriel de monitoring des médias intégrant la dimension genre

Le président du CNC et la présidente de l'AFJO ouvrant les activités

Dans le cadre du  projet « Partenariat stratégique pour le Lobbying et le Plaidoyer en vue de la Prise en compte des préoccupations des communautés »,  l’Association burundaise des Femmes Journalistes «  AFJO » et le CNC ont signé un Accord de Partenariat pour l’intégration de la dimension genre dans les rapports trimestriels de monitoring des médias.

C’est dans cette optique qu’il a été procédé à la présentation d’un rapport trimestriel de monitoring des médias tenant en compte le genre. C’était à la Maison de la Presse ce mardi 13 Août 2019 et ce rapport couvre la période d’Avril, Mai et Juin 2019

La présidente de l’AFJO Madame Diane Ndonse a, dans son discours d’accueil, précisé que selon les données de l’AFJO datant de 2010 au moment où plus de 50% de la population Burundaise est constituée par des femmes, les femmes journalistes représentent moins de 30% et moins de 10% occupent des postes de prise de décision dans les médias. D’où l’objectif est de réveiller les consciences sur la prise en compte du genre dans les médias.

Le Président du CNC, Monsieur Nestor Bankumukunzi, a appuyé ce propos en rappelant que les régulateurs consacrent la liberté de communication et veillent  à ce que les médias respectent et promeuvent le pluralisme politique, la diversité culturelle, les Droits de l’Homme, y compris l’égalité entre les sexes.

Les médias sous analyse étaient la RTNB, Isanganiro, Radio TV Rema, Radio Culture, Radio Scolaire Nderagakura, les journaux imprimés Le Renouveau, Ubumwe, Burundi Eco et Iwacu ainsi que les journaux en ligne ABP Info et Net Press. Pour les radios et TV, les productions médiatiques sous analyse étaient tous les journaux et certaines émissions ciblées et il s’agissait de relever le Nombre de femmes/filles et d’hommes /garçons qui interviennent comme présentateurs, reporters, personnes ressources.

Les différents tableaux ont montré que pour les radios et TV qui ont constitué l’échantillon d’analyse, les hommes et les femmes sont intervenus respectivement et de façon générale dans les proportions de 77.66% et 22.33%.

Pour la presse écrite, les proportions sont dans l’ordre de 80,99% pour les hommes et 19% pour les femmes.

Selon le consultant qui a fait la communication, ces chiffres ont montré un déséquilibre criant dans la distribution de la parole et le CNC devrait insister auprès des responsables des médias pour que la prise en compte du genre soit une exigence car il est question du respect de la Constitution.

Dans la séance d’échanges, il a été relevé les défis et obstacles à la prise en compte du genre dans les médias et force a été de constater que c’est un processus. Parmi les solutions proposées et les recommandations émises, le Président du CNC a suggéré que soit pris en compte le genre dans le réaménagement des grilles des programmes en intégrant des émissions qui en tiennent compte ou lors des recrutements dans les médias.