Comment le CNC peut s’approprier de son mandat : légitimité et crédibilité

Ambassadeur Vestine Nahimana, Présidente du Conseil National de la Communication (CNC)

A la quatrième journée de la Retraite sur l’élaboration d’un Plan stratégique triennal 2023-2025 du Conseil National de la Communication (CNC), la conférencière Dr Daniella Niteka, Professeur à l’Université du Burundi, a exposé sur : « Comment le CNC peut s’organiser, planifier et exécuter son mandat et mobiliser les ressources pour l’atteinte des résultats concrets ».

Parlant de la façon dont le CNC peut s’approprier de son mandat : légitimité et crédibilité, Daniella Niteka a fait savoir que pour être crédible, un régulateur s’applique à être vertueux ! Son comportement en tant qu’institution ainsi que le comportement des membres de son personnel doivent être cohérents avec des missions qui lui sont confiées. Cela doit transparaître à travers les valeurs qui guident l’action de l’instance de régulation.

Et de dire que les qualités requises pour une bonne Instance de régulation sont principalement le respect de l’Etat de droit, le souci du bien commun, l’efficacité, la compétence, l’impartialité, la transparence, la discrétion et la proportionnalité Avant l’élaboration de tout plan stratégique, il faut d’abord définir son cadre logique

Elle a ensuite indiqué que la gestion axée sur les résultats est une stratégie ou méthode de gestion selon laquelle une organisation veille à ce que ses procédés, produits et services contribuent à la réalisation de résultats clairement définis. Cette gestion qui fournit un cadre cohérent de planification et de gestion stratégiques en améliorant l’apprentissage et la responsabilité a notamment les caractéristiques suivantes :

– le Cadre de résultats stratégiques qui permet de déterminer les orientations et résultats stratégiques visés par l’organisation, les effets et produits attendus les plus importants dans un contexte donné.
– Le suivi-évaluation des résultats sur la base d’outils de monitoring et d’évaluation des effets aussi bien au niveau des projets, qu’à celui du programme, et au niveau décisionnel et d’orientation stratégique.
– l’évaluation de la performance par rapport aux résultats ciblés, en terme d’efficacité dans la gestion des ressources humaines et financières ; performance individuelle en terme de contribution à l’atteinte des résultats.

Dans la suite de sa présentation, elle a indiqué qu’avant l’élaboration de tout plan stratégique, il faut d’abord définir son cadre logique qui est un outil utilisé pour aider à renforcer la conception, l’exécution et l’évaluation d’un projet. Pourtant, dit-elle, ce travail doit aussi passer par une phase d’analyse qui comprend quatre étapes: l’analyse des parties prenantes, l’analyse des problèmes, l’analyse des objectifs et l’analyse des stratégies.

Dr. Daniella Niteka n’a pas manqué de signaler que pour une bonne planification, il faut tenir compte des facteurs suivants : la cohérence, la pertinence, la faisabilité, la viabilité, l’organisation, l’efficience, l’efficacité et l’impact. Vue en plongée des participants à la Retraite, Ruhuka Hotel de Buye

Comments are closed.